Amantani : une nuit épique sur le Lac Titicaca…

amantani-3Amantani, ici Amantani !
Il est presque 13h lorsqu’on débarque sur cette petite île d’un peu plus de 9km², toute en terrasses (Lac Titicaca ou pas, ça reste le Pérou hein !amantani-01

Sur le port, les habitants chez qui nous allons passer la nuit nous attendent déjà. C’est le conducteur du bateau qui nous dispatche à l’improviste chez les familles et c’est parti, sac sur le dos, chacun part de son côté, rendez-vous demain matin à 7h30 ! On suit, un peu péniblement (car je te rappelle qu’on est à près de 4000m…) la petite Laetitia qui est venue nous chercher (et qui gambade à une vitesse folle !) en direction de sa maison où elle nous explique que sa mère est entrain de nous préparer à déjeuner (Ah ! ça motive !)

Coup d’œil rapide en arrière vers le port, et là-bas en face, l’île de Taquile qu’on découvrira demain…titicaca-15Un dernier effort et ça y est, on y est !
amantani-2

C’est donc ici qu’on passera la nuit (notre chambre est dans la petite maisonnette en bas à droite) On est excités comme des puces, faut dire qu’on attendait ce moment là avec impatience, vivre pour une journée avec les locaux, partager leur quotidien, ça nous tenait à cœur. C’est archi rudimentaire (la porte ferme mal, les vitres idem, le sol est en terre battue, y’a pas de chauffage bien entendu…) bon, mais on est là pour l’expérience et la chaleur humaine, pas pour le confort, alors on s’en fout !titicaca-14

Sauf que pour l’instant, le seul qui nous accueille… c’est lui ! Et il est mignon, mais un peu limité niveau conversation…amantani-38b

Notre euphorie retombe un peu à mesure que le temps passe… on est pas très à l’aise, on ne sait pas trop où se mettre en fait donc on attend devant la maison en piétinant. La mère de Laetitia ne sort pas de sa cuisine où l’on n’ose pas entrer, c’est long… On propose quand même à la petite fille d’aider à la cuisine ou à autre chose, mais apparemment ce n’est pas trop dans leurs habitudes, elle refuse… dommage.

1h30 plus tard, on nous appelle pour déjeuner. Le sourire revient !
Au menu pour commencer, une incontournable soupe de quinoa. (qui est souvent très salée, mais moi je trouve ça plutôt bon… tu connais ma passion pour le selamantani-5

Puis un assortiment de pommes de terres et un genre de petite omelette.
Pas de viande sur Amantani, car c’est un met très cher apparemment (malgré la quantité de moutons qu’on croisera sur l’île !)(ils n’en mangent qu’une fois par mois environ) et plus étonnant encore, pas de poisson non plus ! En vivant en plein milieu d’un lac, ça parait fou non ? Et pourtant… le poisson coûte trop cher lui aussi car d’après ce qu’on a compris, ils en auraient tellement pêché par le passé qu’il n’y en a désormais plus beaucoup dans le lac, donc ils continuent de pêcher le peu qu’il reste et de le vendre oui, mais n’en mangent plus…  amantani-6

Le repas est bon mais vraiment pas très convivial puisque nos hôtes ne mangent pas avec nous et malgré nos tentatives d’engager la conversation, ils ne nous répondent que du bout des lèvres… (On comprendra ensuite qu’ils ne vivent pas dans la maison dans laquelle ils accueillent des visiteurs, la leur est juste en face, ils mangent donc de leur côté avant ou après nous et n’ont globalement pas l’air très disposés à partager plus que le nécessaire avec nous…) Notre bonne humeur retombe à nouveau.
Il est déjà tard et on a hâte d’aller découvrir l’île avant que le soleil ne se couche, on demande l’heure du dîner, on nous demande de rentrer pour 17h30… Bon, ok…
On a donc seulement 2h de balade devant nous et à vue de nez Amantani c’est pas si petit alors va pas falloir traîner… Go !amantani-7

Premiers moutons ! (j’ai aussi une passion pour les moutons, tu le sais hein)amantani-8

dsc01444-2

Très vite, le paysage allège nos petits cœurs, on se détend un peu…amantani-4

amantani-10 amantani-12 titicaca-19

On se fait des nouveaux copains-ânes, pas bavards eux non plus mais vachement sympas quand même…dsc01480-2

titicaca-20(le triage des patates qui sèchent au soleil, à la cool…)titicaca-22

Bon mais alors, précisons quand même un chose : c’est pas de la rigolade hein, cette « balade », parce-que pour ne pas changer, ça grimpe sec de chez sec…
Le Binôme lui, depuis qu’il n’est plus tout bleu grâce aux médocs, est redevenu un vrai petit randonneur et semble trouver ça facile, mais moi, soyons parfaitement clairs, à cet instant précis, je songe sérieusement à l’achat d’une paire de poumons supplémentaire… ou à me faire hélitreuiller, au choix.amantani-13 amantani-15 amantani-14

titicaca-21

Par dessus le marché, pour bienbien m’achever, tous les petits vieux que je croise me doublent sans vergogne, au pas de course, et avec le sourire en plus… (apparemment, le quinoa, ça entretient hein !)
Bon… Bah c’est à peu près à ce moment là que j’ai compris qu’on arriverait jamais en haut de la Pachamama avant la tombée de la nuit, faut savoir être réaliste parfois… (il y a des temples là-haut en fait… mais alors vraiment, vraiment haut tu vois… du coup ni toi ni moi on ne les verra, voilà)(tu m’excuseras)amantani-22 amantani-23Ouais ouais… tu ne rêves pas, ils font 1m40 et ont au moins 75 ans mais même pieds nus ils vont plus vite que toi quoi… normal. (le quinoa power j’te dis)titicaca-18

amantani-17 amantani-18

Bilan, on sera donc « seulement » grimpés jusqu’en haut du village avant de décider de redescendre, voyant que le jour commençait à décliner (mes forces elles, t’auras pigé que c’était le cas depuis biiiiien longtemps déjà…)amantani-24

titicaca-25 titicaca-26

titicaca-23

(l’écrabouillage de pomme de terre pour en faire une poudre facile à conserver pour l’ajouter à la soupe toute l’année)amantani-20

Cette fois, le soleil se fait clairement la malle… et pour cause, il est presque 17h15.
Vite, on descend, on descend… amantani-25 amantani-34 amantani-27

amantani-28

De tous les côtés, c’est visiblement l’heure pour tout le monde de rentrer !amantani-26 amantani-30 amantani-31amantani-33

Pfiou. C’est quand même drôlement canon… (on prend 5mn pour s’extasier, tant pis, on courra après !)amantani-32

amantani-35

Et à 17h30… Hop, on est dans les temps ! (mais ceci dit, personne ne nous attend…amantani-37

amantani-38

On patiente en profitant du crépuscule qui tombe au large sur Taquile où l’on songe qu’on doit à nouveau dormir chez l’habitant demain… et mine de rien, on commence gentiment à se demander si c’est vraiment une bonne idée de rempiler…amantani-36

18h… la petite Laetitia poussée par son père arrive et nous déballe toute une fournée de bonnets péruviens pour tenter de nous les vendre… on refuse poliment et on profite de l’occasion pour essayer de papoter avec eux… Tiens d’ailleurs ! Il parait qu’il y a une petite fête quasiment tous les soirs pour les touristes avec de la musique et de la danse traditionnelle, ils vont nous y emmener ? Ah bah encore raté… on nous dit que non, rien n’est prévu, sans plus d’explications et père et fille s’en vont… Nouvelle déception.

18h30… il fait nuit noire désormais et dans le même temps la température a chuté de façon vertigineuse… on ne sait toujours pas où s’asseoir, on a pas de lumière, on est seuls (avec une autre touriste qui loge chez la même famille et est encore plus déballée que nous par ce non-accueil…) Nos « hôtes » sont réunis là-bas dans la cour de leur maison en face de nous,  où ils cuisinent autour du feu (on en rêve de ce feu, pour se réchauffer un peu !) mais encore une fois, malgré nos demandes de les rejoindre, on élude nos propositions et on nous évite… on reste donc là à attendre.

19h… Rien. On gèle sur pieds et on enrage un peu (beaucoup)… Pourquoi nous faire revenir à 17h30 exactement si c’est pour nous laisser plantés là à poireauter ?! On rentre dans notre chambre, on a déjà mis toutes les épaisseurs de vêtements possibles alors on s’enroule dans un plaid mais rien n’y fait, impossible de se réchauffer… je me demande comment on va pouvoir dormir par un froid pareil…

19h30… Ah ! On vient enfin nous chercher. Le repas se fait porte grande ouverte (mais pourquoiiiiiii ?) dans le noir (enfin non, à la lueur de mon Iphone… hum) car ils n’ont rien prévu pour éclairer notre table (pourtant, il y a l’électricité…) et l’on découvre l’objet de ces 2h de préparation, roulement de tambouuuuur… de la soupe, des coquillettes et du riz pas cuit ! Ahem. Une nouvelle fois ils ne mangeront pas avec nous bien sûr et ne parleront qu’entre eux, à l’autre bout (éclairé !) de la pièce…

On a plus la force de lutter, toute trace de bonne humeur s’est évaporée (ou p’têtre surgelée…) On quitte donc la table le plus vite possible, transis de froid et tristounets. Il n’y a rien pour se laver bien entendu (en tout cas, on ne nous a rien proposé…) les toilettes sont dehors (va falloir se motiver pour le pipi de minuit…) il fait aussi froid dans notre chambre qu’à l’extérieur et il n’est que 20h… bref, cette soirée et cette nuit s’annoncent interminables. Totalement dépités, le Binôme et moi on gobe chacun deux cachets pour dormir s’assommer (on passera malgré tout la nuit à se réveiller…) et on se couche tout habillés pour tenter de se réchauffer…(On n’y arrivera jamais)

Le lendemain matin à 5h50 je saute du lit, je n’ai jamais été aussi heureuse de voir le soleil se lever… Autant le dire franchement, on a plus qu’une hâte mon ami : se barrer d’ici ! Je m’éloigne de la maison pour voir le soleil se lever sur le lac… Heureusement, les paysages magiques compensent l’expérience avortée.   amantani-38c amantani-40 amantani-43

Nos « hôtes », dont c’était de toute évidence la seule motivation, encaissent les 80 soles prévues pour notre hébergement (= 20€ pour deux, ce qui est assez cher au Pérou) et la mère de famille nous raccompagne au port, toujours sans un mot.  amantani-43b amantani-44 amantani-45 amantani-46 amantani-47 amantani-48 amantani-50

On y retrouve avec plaisir les autres touristes de notre petit groupe (on a envie de causer avec des gens bon sang !) et on débriefe nos nuits respectives… on pensait simplement être mal tombés mais apparemment, tous ont reçu plus ou moins le même genre d’accueil distant et peu enrichissant… Moi qui avais lu tant de bien de cette expérience pleine de partage, d’artisanat, de cuisine, de musique etc, je suis si-dé-rée… il y a probablement encore des exceptions mais je crois qu’il faut se rendre à l’évidence : ce système d’accueil à l’origine sympathique, s’est malheureusement fait gangrener au fil du temps par de nombreuses familles cupides et désinvoltes…
Difficile dans ces conditions de te conseiller d’y séjourner hein… sauf que tu ne peux pas y aller que pour 1h, qu’il n’y a aucun autre mode d’hébergement sur Amantani et que l’île vaut malgré tout clairement le détour… Alors écoute, j’te dirais juste de prévoir un bon équipement contre le froid (il a fait -4°C cette nuit là…) et de ne pas attendre davantage des hôtes qu’un matelas et de la soupe, ma foi comme ça, tu ne seras pas déçu et ne pourras avoir que des bonnes surprises !

Pas rancuniers, on quitte donc Amantani à 7h30 en commençant déjà à en rigoler, fin prêts à découvrir l’île de Taquile ! 🙂

3 Comments

  1. Quel dommage que le contact avec les habitants ait été si décevant ! Nous avions réussi à prendre le repas avec la famille qui nous accueillait, après moultes négociations, parce qu’en fait ils avaient honte de nous montrer ce qui leur servait de cuisine… Seul le papa parlait espagnol mais on avait bien rigolé en faisant des bêtises avec les enfants. C’était en 2009, les choses ont du changer depuis mais les familles accueillaient déjà les touristes surtout pour se faire un peu d’argent. Mais comment leur en vouloir, l’île d’Amantani est si loin de tout ! Et puis cette nuit glaciale avec toutes les couches de vêtements le bonnet les gants c’est quand même un super souvenir. On se sent un peu aventuriers

    1. C’est exactement ça, on en garde un bon souvenir finalement, comme toutes les « galères » de voyage, avec le recul, on est souvent fiers de les avoir surmontées et ça reste d’autant plus gravé dans les mémoires… 🙂

  2. Quel dommage cette expérience. J’y ai séjourné en 1998 et j’ai eu droit à la fête avec musique et le retour à la maison au clair des étoiles était fantastique. La nuit a été froide aussi et pendant la traversée du lac on a eu les plus grosses vagues de ma vie J’en hgarde un très bon souvenir.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *