Cracovie, la Pologne en flâneries

Cracovie (26)Pour être parfaitement honnête avec toi, j’ai eu un mal de chien à faire le tri dans mes photos pour organiser un peu tout mon fourbi avant de le déverser ici… évidemment, dans un monde parfait (et dénué de toute forme d’originalité) j’aurais pu te faire « Cracovie jour 1, Cracovie jour 2 et Cracovie jour 3  » sauf que dans la vraie vie… bah ça se passe pas comme ça.
D’abord, parce-que l’histoire remonte à quelques mois maintenant (et que j’avais pas fait de carnet de voyage, alors autant te dire que je m’souviendrais absolument pas de la chronologie exacte de l’affaire…) et surtout, parce-que pour ne rien arranger, flâneries obligent, on est repassé X fois par certains endroits… donc je ne pense pas me gourrer en disant que ça risquerait fort de te sembler un rien fouilli (et super chiant) si je te le présentais comme ça, au simple fil de ma pellicule de nana dispersée…
Alors écoute, je vais te la faire comme je peux, en regroupant les infos et en essayant de n’pas trop bafouiller… mais en commençant par le commencement, quand même, sinon mon ami, on n’va pas y arriver… surtout que le commencement, il est déjà pas simple-simple vois-tu, puisqu’on arrive à Cracovie très tard dans la soirée, presque à minuit… (ça je m’en souviens bien va)  Faut dire qu’on a pris un aller-retour pour… Varsovie. Ouioui. (faute de pouvoir prendre un aéroport différent à l’aller et au retour, sinon ça te triple le prix… va savoir pourquoi hein, moi j’ai jamais compris) donc on a enchaîné sur un bus (pour nous amener de l’aéroport de Varsovie jusqu’en centre ville) puis un train (pour aller à Cracovie) et finalement un taxi pour nous mener au pied de notre hôtel (le B&B La Fontaine) en plein coeur de Cracovie, bravement adossé à la fameuse Grand-Place du marché principal qu’on appelle le Rynek…
Ce soir-là, on la découvre baignée dans la brume et les lueurs oranges des réverbères qui se reflètent sur les pavés mouillés… on se croirait dans un Sherlock Holmes. (qui n’est pas du tout polonais, m’enfin on n’sait jamais…) J’arrive pas à décider si c’est supra-romantique ou bien flippant à souhait… je vais m’coucher !
Le Binôme (en homme vaillant qu’il est) se promène un moment avec son appareil argentique sous le bras pour voler quelques clichés embués, puis me rejoint (frigorifié).

Le lendemain, la découverte de Cracovie peut vraiment commencer ! (par un petit déjeuner d’abord, parce-que Pologne ou pas, le café c’est sacré…)
Cracovie (37)La brume nocturne qui ne s’est pas dissipée, promet de nous suivre toute la journée… On traverse le Rynek encore assoupi où clapote seulement le pas des chevaux de quelques calèches passant par là.
Ambiance austère ou charme typique ? On ne sait pas trop.

On se dirige d’abord vers le Collegium Maïus (sur les bancs duquel un certain Copernic, entre autres, serait venu user ses shorts…) espérant le visiter, mais mauvaise pioche. Ici, la visite est impérativement guidée (pas très flex le polonais…) et il faut réserver ! Pourtant, hormis un groupe scolaire égaré, y’a pas un rat dans le coin, la saison n’est pas très touristique… on est un peu déconcertés. Prochaine visite à 12h30… (il est 10h) Bonbonbon… merci madame, mais non hein, on va y aller. (attendre 2h30 ou devoir revenir sur nos pas dans un secteur qu’on aura déjà visité, ça va franchement pas nous amuser…) Tant pis pour nous, toi en tout cas, tu le sauras !  Cracovie (23) Cracovie (24)On poursuit la balade dans une Cracovie toujours plus déserte et silencieuse… une petite bruine glacée (parfaitement de circonstances) commence même à dégringoler. Les églises sont légion, autant que les polonais sont rares à croiser notre chemin. Tous marchent la tête baissée, l’allure sévère… il règne encore ici l’atmosphère muette d’un autrefois sinistre et rigoureux.Cracovie (25)On poursuit sur la voie royale, jusqu’au Barbakan et son parc puis on revient vers le Rynek et la basilique Sainte-Marie (ou Notre-dame de Cracovie, pour les intimes)Cracovie (27) Cracovie (28) Cracovie (29) Cracovie (32)Cracovie (31)Il parait qu’il y a un beau panorama à voir du haut de son clocher… mais impossible de te le certifier puisque, comme on nous le dira d’une façon pas franchement aimable au point d’information, si on veut y monter, il faudra revenir à partir du mois d’Avril, l’hiver c’est fermé… Ah… j’ai eu beau expliquer (en rigolant) à la dame (qui sourit quand elle se brûle) que nous c’était juste pour jeter un oeil vite fait, pas pour poser la tente et y camper, y’avait vraiment pas moyen de plaisanter ni de négocier… Tant pis bis, tu le sauras aussi !

En tout cas vue d’en bas, elle est bien jolie la Marie.Cracovie (33)On s’engouffre ensuite un bref instant dans l’emblématique Halle aux draps qui trône fièrement au centre du Rynek (au fait, je t’ai dit ou pas que c’était la plus grande place médiévale d’Europe ? Hey bah voilà ! +1 part de camembert rose au trivial pursuit, merci qui ? Bibi.)
L’ensemble est très joli et bourré de charme mais à cette heure les boutiques qu’abrite la Halle sont presque toutes fermées et le marché de Noël de la place est lui aussi, pour l’essentiel inanimé… La boîte à musique s’est arrêtée.Cracovie (34)On s’éloigne donc à nouveau pour aller se perdre à l’improviste dans tous les quartiers alentours… et c’est ici que le fil de l’histoire devient flou. Quel jour, quelle heure, pour quelle ruelle ? Peu importe… derrière le Rynek on s’attarde près des artistes, puis les cafés et les restaurants se succèdent, on lorgne sur les boutiques de céramique traditionnelle, d’autres ruelles, et puis le quartier juif et son marché, ses synagogues, ses bars et ses galeries d’art… Ah ! Par ici, ça commence à murmurer doucement, enfin, des gens vivants ! Cracovie (35) Cracovie (36) Cracovie (38) Cracovie (39) Cracovie (40) Cracovie (41) Cracovie (42) Cracovie (43) Cracovie (44) Cracovie (45) Cracovie (46) Cracovie (47) Cracovie (48) Cracovie (49)Et quand les jambes se font lourdes, l’estomac creux ou le bout du nez gelé ? Pause vodka-café ! Ou bien une soupe de betterave fluorescente et une soupe de champignons pour se réchauffer (les soupes, tu verras, c’est leur grand dada…) et pour continuer dans les spécialités, pourquoi pas quelques Pierogis (= de gros raviolis à la pâte très épaisse, fourrés avec un peu tout ce qui te passe sous la main, et baignant joyeusement dans l’huile, les oignons et les lardons)(j’te prie de croire que ça tient BIEN au corps) Cracovie (50)Et si dehors après tout ça, hélas, la météo ne s’éveille toujours pas, ou pire tourne à la pluie ? Bah c’est pas un soucis mon petit… Fais comme nous, saute dans un taxi ! Quitte à ne pas voir le soleil, il y a, bien a l’abri six pieds sous terre, à quelques kilomètres de Cracovie, une chouette curiosité locale à visiter : les mines de sel de Wieliczka.
Ces mines insolites fonctionnent sans discontinuer depuis le moyen-âge et descendent jusqu’à 327m sous terre, très exactement (ce qui représente quand même quelques marches d’escalier à se cogner obligatoirement à la descente pour ne rien te cacher…) Elles sont très vastes et tout est en sel du sol au plafond ! Statues, pavés, lustres, chapelles entières creusées dans le sel… Une visite un peu chère par rapport au niveau de vie local, mais à ne pas rater. (ne serait-ce que pour pouvoir glousser avec un accent de nain tant bien que mal imité « bienvenuuuue dans les mines de La Moria ! » … ah bah si quand même, on dirait non… un peu…)  Cracovie (77) Cracovie (78) Cracovie (79) Cracovie (80) Cracovie (88) Cracovie (81) Cracovie (82) Cracovie (83) Cracovie (84) Cracovie (85) Cracovie (86) Cracovie (87)Et de retour sur Cracovie, quelle plus belle façon de finir une journée que de passer la soirée avec un autre « monument » polonais… si je te dis Chopin, ça va, tu le remets ?

Offre-toi l’étourdissement d’un récital de piano des oeuvres du génie local dans un palais privé (avec, si t’as cette chance, un Binôme-mignon pour trinquer) … et la déroutante poésie de ta première rencontre avec Cracovie en sera parachevée.
Promis juré !

Et ça ne fait que commencer car demain je le sens, la météo en plus, sera de notre côté…

6 Comments

  1. Tes photos sont belles ! bien différentes des miennes qui attendent un tri depuis octobre… Craco ne m’a pas laissée indifférente, j’ai beaucoup aimé.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *