Les étonnantes salines de Maras

DSC00848-3Maras et ses salines… voilà une autre curiosité de la vallée sacrée qu’il me tardait de découvrir. De retour du Machu Picchu, comblés mais loin d’être rassasiés, on reprend donc la route dès le petit matin pour une double excursion vers les sites de Maras et Moray, à une cinquantaine de bornes de Cuzco, grosso modo.

Je te garde Moray sous le coude pour la prochaine fois, t’inquiète donc pas… mais pour aujourd’hui si tu veux bien, on se concentre d’abord (très fort) sur le village de Maras et tout particulièrement sur ses salines qui en font la renommée. Avec quelques 3600 bassins s’étalant nonchalamment à flanc de montagne depuis, à vue de pif, l’époque pré-inca, elles méritent bien un article rien que pour elles vaD’autant que ces bassins suspendus (outre le fait qu’ils sont fichtrement photogéniques et nous ont carrément régalé l’objectif, soyons clairs) sont assez singuliers puisque pour ta gouverne, ils sont alimentés par le jaillissement impromptu, au beau milieu des montagnes, d’une source unique et atypique : saturée en chlorure de sodium. (ce sont donc des salines qui n’ont absolument rien à voir avec la mer, en gros…) (bah quand même, t’avoueras que c’est pas commun !)

Et paf, ça fait des chocapics.
Enfin du sel quoi… ça fait du sel. (pas loin de 200 tonnes chaque année)(quand même)
Et des photos. Plein, plein, plein de photos.Maras (2)

Maras (6)

L’entrée sur le site coûte 10 soles (soit environ 2,50€) (cette visite n’est pas incluse dans le boleto turistico). Après avoir traversé une chapelle (où on prie pour avoir pleinplein de sel) et un petit marché couvert (où on peut acheter plein de souvenirs kitch, comme d’hab… ET du sel, effectivement. Merci Sherlock) te voilà donc quelque part par ici, d’où tu peux voir, au premier plan, l’arrivée de la fameuse source salée qui irrigue l’ensemble des salines.Maras (5)

Y’a plus qu’à se laisser dégouliner, exactement comme elle (en essayant de n’pas se vautrer par contre, si possible…) entre les milliers de petits bassins scintillants…
Maras (4)

Maras (7)

Maras (8)

Maras (19)

Maras (12)Maras (11) Maras (20)

Maras (13) Maras (14)

Maras (16)

Maras (15) Maras (17) Maras (18)

Maras (26)

Maras (21)Maras (27)

Maras (23)

Maras (22)

Maras (24)

Maras (25)

Maras (28) Maras (29) Maras (30) Maras (31)

Maras (33)

Maras (32) Maras (34) Maras (35) Maras (36) Maras (37)

Le sel, nous, on aime bien ça.
Le sel c’est la vie.
Le sel président.
Vive le sel.

(je t’ai déjà dit que je voue un culte au sel depuis gamine ? Et que je mange, par voie de conséquence, beaucoup-trop-salé au goût du tout-venant ? Ce qui a pour effet secondaire 1) de me valoir le surnom de « maguette » par mes parents -ce qui veut dire chèvre chez les picards- –ce qui après enquête n’a aucun sens en réalité d’un point de vue technique– et 2) de faire râler le Binôme qui ne rate pas une occasion de pointer du doigt la gestion -certes un peu foireuse- que je fais de mon système cardio-vasculaire ?  Non ? Ah… Bah sûrement parce-qu’on s’en fout complètement va.) (Bisou)

10 Comments

  1. Magnifiques photos ! Les salineras de Maras avaient aussi été un de mes coups de cœur des alentours de Cusco. En plus, il n’y a pas trop de touristes, la plupart n’ont pas le temps et reste sur les sites historiques plus connus comme Pisaq et Ollantaytambo.
    Nous, on était pas passés par l’entrée principale, mais par la montagne, en randonnant. On a donc raté la boutique. Tristesse ! 🙂

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *