Godafoss, et plus si affinité…

Godafoss (8)En ce cinquième jour de voyage, notre roadtrip islandais doit nous mener vers Hvammstangi, en passant par Godafoss, Akureyri et Glaumbaer. Et quel meilleur moyen de se consoler d’avoir dû quitter Mývatn que de partir à la découverte de l’époustouflante Godafoss ? La « chute des dieux »… rien que ça.
Un nom qui en impose, à la juste hauteur du spectacle inoubliable qu’offrent ces chutes. Elles ne sont pourtant pas les plus vertigineuses d’Islande (bien moins hautes avec leurs 12m que celles de Gullfoss, par exemple) mais elles sont indéniablement celles qui m’ont le plus transportée…

Au bord du précipice, la vue qui se déploie n’est pas seulement étourdissante, elle est simplement surréelle.

Ce matin là, le ciel lourd et cotonneux se confond à l’horizon avec une neige épaisse qui recouvre absolument tout, enrobant nos pas qui s’enfoncent dans un inaudible craquement. On progresse comme en apesanteur.

Rien d’autre que le grondement sourd des eaux pour percer le silence.
Rien d’autre que ces stalactites bleues tranchantes pour scinder l’infini.  Godafoss (1) Godafoss (2) Godafoss (3) Godafoss (4) Godafoss (5)Avancer encore… ou pas. Le vrombissement ambiant est aussi intriguant que terrifiant.
(non mais vas-y toi, j’vais plutôt réfléchir encore un peu moi…)Godafoss (6) Godafoss (7b)Au bord, enfin. Le vertige et la fascination bataillent sec dans ma tête… ça gambade dans ma poitrine, ça tremblotte dans mes bottes… Cette puissance, cette couleur, cette profondeur aspirante…

Sache que je repartirai sans frémir, mais en moonwalk une fois encore, histoire de n’pas quitter des yeux le monstre glacé… (on n’sait jamais)

Sur la route, je retrouve mes jambes petit à petit (pas mes esprits hein, mais on est pas à Lourdes non plus) quand une autre formation bleutée à flanc de montagne attire notre attention. Impossible de dire ce que c’est… on fait le détour pour s’en approcher.Godafoss (9) Godafoss (10) Godafoss (11)Et finalement… bah on n’sait toujours pas, voilà. Au milieu d’un minuscule village endormi sous la neige où l’on entend que les moutons qui bêlent à tue-tête dans leur bergerie, cette colonne fumante au pied glacé, un genre de cheminée givrée ? Naturelle ou artificielle ? Personne alentour à qui demander, le mystère reste entier…

En reprenant la route, à nouveau le silence et le désert immaculé…Godafoss (12)A notre arrivée sur Akureyri, 2ème agglomération d’Islande après Reykjavik, perchée à flanc de montagnes sur la côte ouest du Fjord Eyjafjörður, il est déjà (ou seulement) midi, contrairement à ce que laisse à penser cette semi-clarté bleutée.
On arpente les rues grimpantes de grandes maisons colorées, tout est paisible, le centre ville est presque déserté (à quelques cafés et resto près)… C’est dimanche. Seule l’église grouille et recrache ses nombreux pratiquants à notre passage : la messe est terminée.Godafoss (13) Godafoss (14) Godafoss (15) Godafoss (16) Godafoss (17) Godafoss (18) Godafoss (19) Godafoss (20) Godafoss (24)Godafoss (21) Godafoss (22)Godafoss (23)En quittant Akureyri, on poursuit notre immersion dans les Fjords du nord par la péninsule de Tröllaskagi où se succèdent : Siglufjörður, Héðinsfjörður, Ólafsfjörður et Skagafjörður.
(à tes souhaits)
Bah tu vois, c’est long et difficile à écrire comme trajet… et tout pareil à vivre.
C’est sans aucune visibilité, sur une route mi-gelée, mi-mouillée et sous une fine neige fondue qui commence à tomber, qu’on serpente péniblement parmi ces fjords… on a plus vu de chevaux ni de moutons depuis longtemps et aucune habitation ne croise notre route en dehors de très rares villages de pêcheurs… et ça dure… des heures…
Godafoss (25) Godafoss (26) Godafoss (27) Godafoss (28)Au bout d’un périple interminable, dans un village dont je n’ai même pas cherché à connaitre le nom, la pause goûter s’impose… du réconfort sucré et un grand café pour se réveiller plus tard, on fait le point sur la suite de la journée. Cette péninsule épuisante (et je dirais même un chouya oppressante…) nous a pris beaucoup plus de temps que prévu, on ne regrette rien, l’atmosphère rude et désertique du Nord c’était à vivre aussi, mais la journée va être trop courte pour boucler notre programme… On choisit de reporter le tour de la péninsule de Vatnsnes qui lui fait suite au lendemain, et de seulement visiter encore le village de Glaumbaer pour aujourd’hui. Godafoss (30)Enfin, comme un sursis inespéré, le ciel qui se dégage un peu…Godafoss (29)puis la route… et c’est tant mieux parce-qu’après tout ça, le Binôme-pilote-de-rallye commençait franchement à fatiguer…Godafoss (31) Godafoss (32) Godafoss (33)Tu veux rigoler ? Des Glaumbaer, a priori, bah y’en a deux (ou p’têtre plus même) et pour rien arranger, ils habitent pas du tout le même quartier… Loi de Murphy oblige, tu te doutes bien qu’on s’est gentiment retrouvés à Glaumbaer-le-pas-du-tout-intéressant, évidemment… à presque 35mn de l’homonyme recherché, qui lui en fait, était tout près de là où on a pris le goûter ! hihihi. hohoho. (AaaaAaAaaaAargggraaah)
J’te dis même pas comme on était CONTENTS.
On a hésité à abandonner soyons clairs, mais après quelques insultes bien méritées au GPS-couillon qui nous a fait tout foirer, on était d’accord, on avait quand même trop envie d’y aller… demi-tour toute et retour sur nos pas donc… (AaaaaAarggraaah bis). C’est reparti…
Godafoss (34)Enfin, on atteint THE Glaumbaer… et on est pas déçus d’avoir fait ce fichu détour d’1h.
Les fermes de Glaumbaer sont connues pour leurs toits en tourbe et leur architecture en bois atypique, elles ont été transformées en éco-musée depuis quelques années (que tu peux visiter, mais aux heures ouvrables hein par contre, pour nous c’était râpé…) en tout cas, je considère vraiment qu’elles sont une des curiosités de la culture islandaise à ne pas rater, même si ce n’est que pour l’extérieur de leurs constructions.
A cette heure-là, pour ne rien gâcher, la lumière qui baigne le petit village est très belle et on est tout seuls pour en profiter…Godafoss (35) Godafoss (36) Godafoss (37) Godafoss (38) Godafoss (39) Godafoss (40) Godafoss (41) Godafoss (42) Godafoss (43) Godafoss (44) Godafoss (45) Godafoss (46) Godafoss (47) Godafoss (48)Les visites de la journée sont terminées, on remonte en voiture et à mesure qu’on se dirige vers notre Guesthouse de ce soir (près d’hvammstangi) on sourit de voir le coucher de soleil colorer un ciel blagueur, de plus en plus dégagé… Godafoss (49) Godafoss (50) Godafoss (51)Faute d’avoir eu une météo clémente dans la journée, la nuit s’annonce parfaitement claire… et ça, c’est bon pour nos affaires !

Aurore boréale, tentative numéro 4… are you reaaaaaady ? Go !

26 Comments

  1. Les chutes d’eau sont splendides, magnifiques, ça donne envie de s’y téléporter tout de suite pour les voir réellement !
    Les maisons sont absolument charmantes. La route et le désert de neige qui vous entoure ça donne une impression de calme infini. C’est un road trip qui fait rêver !

    1. veinarde, c’est toi qui me fera baver ! Je réfléchis de plus en plus à y retourner en été… en plus je n’ai pas de vacances en Juillet-Août, c’est moche de me narguer ! 😉

  2. Super! Je rage de n’avoir pas fait le detour par Glaumbaer maintenant, ca avait l’air magnifique! Nous on a ete pris dans une tempete de neige pas loin d’Akuryeri donc on galere a faire ces fjords, mais tu as raison ca vaut le coup 🙂 J’adore tes recits de voyage, ils sont top 🙂

    1. Merci beaucoup 🙂
      Glaumbaer, c’était quand même un peu galère du coup ahah ! Et compassion pour la tempête de neige… nous on y a échappé, mais on a eu notre tempête quand même, de neige fondue le lendemain… on faisait pas les malins !

  3. Tes photos sont magnifiques ! L’Islande me manque tellement. J’y suis allée en février et je suis vraiment tombée amoureuse du pays. Je n’ai pas fait le Nord du pays mais c’est un de mes projets et tes photos me donnent encore plus envie d’y aller !

  4. Cette peinture sur l’usine de conditionnement de crevettes de Saudarkrokur m’a intrigué.

    Interlude culture à replacer dans les salons :

    C’est l’oeuvre de l’artiste Guðbrandur Ægir Ásbjörnsson, sans doute inspiré par « La trahison des images » de Magritte, et c’est fait … pour faire parler et s’arrêter prendre une photo !

    Fin de l’interlude.

    1. Ah j’adore ce genre d’anecdote, merci, et ma curiosité est satisfaite aussi !!
      Je trouverai bien l’occasion de la replacer, tu peux compter sur moi, et je transmets l’info au Binôme… 😉

  5. Tes photos sont magnifiques ! Godafoss est vraiment impressionnante…
    J’étais en Islande le mois dernier mais je n’ai pas pu visiter le Nord faute de timing (on s’est concentré sur l’Ouest et le Sud de l’île), ton article me donne encore plus envie de planifier le prochain trip ! 🙂

  6. Ton article me rappelle tellement de bons souvenirs, tes photos sont superbes ! Je crois que Godafoss est un des endroits qui m’a le plus impressionné, majestueux avec la neige.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *